// Vous lisez...

Autre chose

Cupidon

Amour #1
- Tu peux m’aimer ?
- Pourquoi faire ?
- S’il te plait… juste une fois
- Bah non j’ai pas envie
- Allez allez je t’en prie, après on s’aimera pour la vie
- Mais tu m’emmerdes à la fin ! Tu m’emmerdes ! Je ne sais pas comment te le dire, je veux pas, je veux plus… ro mais qu’est ce que je raconte, j’ai jamais voulu ! Tu me fais chier Emmanuelle laisse moi tranquille maintenant.
- Tu m’avais promis l’amour, je m’en fous moi de cette maison, de toutes tes voitures, de cette plage, je m’en fous, je veux que tu m’aimes idiot !
- Endors toi maintenant, on verra, on verra plus tard.

Cupide #2
« L’oeuvre d’art nait du renoncement de l’intelligence à raisonner le concret »…
Bon j’ai rien compris, citer pour citer t’aurais pu mieux choisir sur ce coup là mon petit Michel, c’est pas comme ça que tu vas plaire à l’autre bourgeoise là. Et merde voilà que tu te mets à parler tout seul ! Bon sang faut que je mette le frein sur le ricard ça me monte à la tête ce bazar… Elle a l’air d’être de la haute cette bonne femme là et toi tu lui payes des jaunes, haha le con ! Dis j’avais pas vu son collier, ça doit couter un bras ces conneries, c’est pas avec ma prime semi-remorque que je pourrais lui payer un machin pareil, en même temps qu’est ce qu’elle fout ici ? Dans ce troquet minable, accoudée au comptoir, à coté de moi, j’suis sur que je sens encore la transpi. Peut être qu’elle aime ça la petite, elle doit avoir 40 piges a vu d’oeil, elle en a peut être marre de se faire chier dans ses beaux quartiers. Je m’y verrais bien moi dans ses beaux draps tiens, rrra y a pas à dire je serais mieux qu’avec la Gisèle à me bouffer des raviolis devant sa connerie de feuilleton sur la 2. Je serais bien mieux avec la petite…
- De comment ? Catherine qu’elle s’appelle ?
Ah ça oui je serais bien mieux avec elle, dans des petits souliers en cuir, je conduirais sa bagnole, c’est qu’elle doit avoir une allemande, ah je serais bien ça c’est certain, on ira voir des machins à l’opéra avec du champagne et tout le grand jeu.
Ro hé dis imagine la tête du Didier ! Ohoh il en ferait une tronche ! Il me verrait dans mon beau costume de chez l’autre pédé là, Jean Pierre Gauthier, ou un autre on s’en fout, du tissu à cinq mille balles tu peux être sur va. Puis j’aurais une belle montre, ah ouais.
- Je vous ressers un petit verre… Catherine ? Allez le Ricard ça a jamais tué personne vous savez !
Je vais y arriver, je vais repartir chez la Catherine, il va changer de vie le Michel ! Elle doit pas casser des briques au plumard mais bon… j’te parie quand même que son pieu vaut plus cher que ma BX.
- Hein ? Qu’est ce qu’elle dit ?
C’est qu’elle a pas l’air en forme olympique la petite, héhé ça lui monte au cerveau ou quoi tout ce pognon ! Hé faut se détendre, tu peux pas être triste quand t’as des bagues pareilles, tu peux pas tirer la tronche quand t’as une petite allemande qui t’attend au parking…
Ah je vais être bien, fin heureux, ça c’est certain.


Sur le Web







Rejoignez la conversation