// Vous lisez...

Autre chose

Va te faire foutre

Tu as une façon de me regarder qui me donne simplement envie de t’assommer.

Je vois le mal dans ta façon de me regarder, dans tes paroles,
tout ce que je veux, c’est de te voir vivre une terrible douleur.

Et même si nous ne devons jamais te revoir je me souviendrai de ton nom.


Je n’arrive pas à croire que tu étais comme n’importe qui autrefois,
qu’ensuite tu as grandi et es devenu comme le diable lui-même.
Prie Dieu que je puisse un jour penser à dire des choses gentilles à ton propos,
mais je ne crois pas que ça arrivera un jour,
En fait, va te faire foutre.

Tu es une écume,rien que l’écume d’une vague, et j’espère que tu réalises
 qu’il commence à y avoir des fissures dans tes sourires.

Désormais, le monde a besoin de voir qu’il est temps que tu partes,
tes yeux ne brillent plus et ton cerveau fonctionne au ralenti.

Je n’arrive pas à croire que tu étais comme n’importe qui autrefois,
qu’ensuite tu as grandi et es devenu comme le diable lui-même.

Prie Dieu que je puisse un jour penser à dire des choses gentilles à ton propos,
mais je ne crois pas que ça arrivera un jour,
En fait, va te faire foutre.

Je parie que tu t’endormiras comme un enfant avec son pouce dans la bouche.

Je pourrais me glisser à tes côtés et te mettre un pistolet dans la bouche,
 ça me rend malade rien que d’entendre toute la merde que tu peux balancer,
 t’en as tellement à dire que ça doit te prendre la journée.

Il ya un place pour toi en enfer, avec un siège à ton nom, et un pieu pour qu’il soit complet.

Lorsque tu te regardes dans la glace, arrives-tu à voir ce que je vois, et si oui, pourquoi continues-tu de me regarder ?

Sérieux, pourquoi est-ce que tu continues ?

Le temps nous est compté et je crois que le tien est passé,
peux-tu en finir parce que là je te trouves obscène, 
je ne peux plus attendre le moment où tu auras complètement disparu,
 où ton visage n’apparaîtra plus et où tu pourriras six pieds sous terre.

Je n’arrive pas à croire que tu étais comme n’importe qui autrefois,
qu’ensuite tu as grandi et es devenu comme le diable lui-même.

Prie Dieu que je puisse un jour penser à dire des choses gentilles à ton propos,
mais je ne crois pas que ça arrivera un jour,
Alors va juste te faire foutre


Sur le Web







Rejoignez la conversation