// Vous lisez...

Brand new

Marc, 37 ans

Les teintures du Costes. Lundi, 17h30, Marc fonce directement au fond du bar. Quel début de semaine pourri pour lui. Il a besoin de décompresser, dès la première journée de boulot. Son dernier rendez-vous important de la journée, après quoi, retour à la maison. Visiblement il est le premier. Il choisit une table discrète, tout au fond. – Garçon, un whisky ! Non, ça ne va vraiment pas. Des semaines qu’il est sur ce dossier et que rien n’avance. La direction de son client bloque toujours les moindres avancées, et il passe plus de temps à « faire le point » qu’à concrètement avancer. À la maison, ce n’est pas tellement mieux. Sa femme lui prend la tête avec les vacances à la campagne chez sa mère, qu’elle veut absolument faire cet été, tant que les gosses sont encore à la maison. Mais ils me soulent moi ces gosses ! Et sa mère aussi d’ailleurs. Quelle connerie de partir avec elle. – J’ai déjà deux enfants, ça ne te dérange pas ? Quel con. Pourquoi avoir dit que non, au contraire. Tout ça parce que j’avais succombé à ses charmes. Tout ce que j’ai gagné, c’est des humiliations : « De toute façon me parle pas, t’es pas mon père ». Bah oui je ne suis pas ton père, et heureusement vu comme tu es chiant, mais tu vis sous mon toit, avec la thune que JE rapporte.

Alors que Marc est encore complètement plongé dans ses pensées, une grande femme brune, élancée, s’approche. Enfin, la voilà. « Désolé pour le retard ». Bof, je suis plus à ça prêt. Mais va falloir faire vite. Sinon ma femme va se douter de quelque chose. Il se lève et la suit dans le dédale de couloirs de l’hôtel. 506, 507, c’est là. La chambre est plongée dans la pénombre, les rideaux sont tirés. Marc enlève sa veste, s’assied dans un des grands fauteuils, et allume une cigarette. Le seul moment de détente de sa journée peut commencer.


Sur le Web







Rejoignez la conversation