// Vous lisez...

Brand new

Penguin Story

Joe met son bonnet vert, ses petits gants rouges, et sort. Après avoir bien rangé ses outils de jardinage, il part faire un petit tour du village. Des bicoques rondes s’élèvent de cette charmante vallée, au creux de laquelle coule paisiblement un petit ruisseau. En se promenant, il médite en se caressant sa petite barbe blanche. Déjà il s’éloigne du village, grimpant sur les hauteurs pour pouvoir embrasser toute la région d’un seul regard. L’herbe chatoyante et le ciel dégagé donnent à l’endroit un goût de paradis. Sortant son tabac et sa pipe, il se met à fumer.

- « Hey, Joe ! » C’est Matt. Il rentre tout juste de son voyage dans le pays du Nord. Comme le veut la tradition, il serre joyeusement la main de Joe, prend place à côté de lui et lui raconte son voyage. Deux ans qu’il est parti. Tout juste rentré. Deux ans de fatigue, de découvertes, de frayeurs, de dragons et autres trolls. Deux ans de trésors aussi, de richesses insoupçonnées. Comme dans toutes les histoires de lutins, il raconte comment, « petit homme », il a pu se faire respecter et admirer de toutes les bestioles qu’il a croisé. Relisez le Seigneur des Anneaux ou rejouez à World of Warcraft, selon vos références. C’est toujours la même histoire de toute façon.

Joe écoute ce récit fantastique, concentré sur sa pipe. Peu lui importe l’aventure de Matt. Celle qu’il a vécu est autrement plus forte. Autrement plus simple aussi. Une histoire débile de pingouin qui avait égaré ses moon boots. Débile, hein ? Joe était parti faire le tour de la Grande Montagne et il avait croisé en chemin ce pingouin. Après avoir sympathisé, ils avaient marché ensemble des jours durant, à la recherche des moon boots. Après avoir affronté les éléments, ils étaient arrivés au sommet, épuisés et gelés. Apercevant quelques branchages sur un rocher un peu plus loin, ils s’étaient approché pour se faire un feu. Plus que des branchages, ce nid imposant hébergeait deux étranges couffins dans lesquels somnolaient deux aiglons. Forcément, voilà les moon boots. Après négociation avec l’aigle, et une bonne pipe partagée, le pingouin repart avec Joe, bredouille.

Une histoire débile je vous dis.

À clip de bisounours, texte de bisounours. We Were Evergreen, encore des petits français gouleyants et distrayants.


Sur le Web







Rejoignez la conversation