// Vous lisez...

Classics

Montreuil sans clopes ni capotes

Cassée ou plutôt déchirée cette capote. Ce bout de plastique qui te permet de passer un bon moment avec une fille, a changé ma vie.
Je suis sorti prendre l’air, battre le pavé de Montreuil à 2 heures du matin pour fumer une clope.
Seul face à ma conscience et à sa confiance. Je suis désormais appelé sous les drapeaux de la paternité, objet de toutes mes angoisses.

Cassés ou plutôt envolés tous les rêves de liberté, je suis maintenant père d’un petit Romain, en hommage à Rome selon elle.
« Ce petit aura un grand destin » me dit-elle. Pour ma part, je suis persuadé que tout cela n’aurait jamais dû m’arriver. « Protégez-vous » qu’ils disaient !
Une histoire de jambes en l’air, c’est comme l’alcool, ça se contrôle. Pas plus de 0,5 grammes et pas plus d’une taille en moins éviter le drame.

Il se fait tard à Montreuil à 3 heures du matin et je n’ai plus de clopes. Demain, je dois être de retour sur un chantier.
Ironie du sort, je dois construire une route, après avoir moi-même glissé sur la chaussée.

Photo : Flickr


Sur le Web







Rejoignez la conversation