// Vous lisez...

Hype

Printemps au comptoir

Salut salut la compagnie, il fait beau hein, Sylvie ? Bah comme d’habitude ma petite, un ricard et une grande carafe, voilà, on y échappe pas héhé…
Tiens j’ai découvert Bon Iver ce matin sur le cable. Tu connais pas, non c’est pas Johnny tu connais pas je te dis.
« Bonne ailleveure » oui, c’est américain. Et bien j’ai pris une belle claque tiens sur une de ses chansons, Perth.
« Tacatacatacatacatac ! tacatacatac ! » Ah c’est efficace !
Le genre de morceaux qui te converti à la batterie pour la vie si tu l’écoutes tout petit, et qui te fait devenir un batteur intelligent, un qui tape pour les autres.
C’est plutôt rare quand même. On joue rarement pour les autres quand il faut taper sur du bois. On joue pour soit. Comme un gamin ignorant dans son parc, ou comme Michel effondré sur le comptoir, regarde le tiens, il pense à rien, qu’a lui… et encore.
Mais c’est bien aussi, on s’oublie mon vieux, les adultes s’oublient.
Il faut parfois avoir la bêtise d’être égoïste, de retourner à l’état d’enfant… quoi pourquoi tu te marres ? Je te signale qu’un poulpe ça 9 cerveaux de plus que nous, ah !
T’y penses pas à ca, bon bah voilà… écoute et arrête de compter.
Qui a dit qu’on devait vivre a deux par exemple ? Tu me suis ? Oui, 9 cerveaux et 7 cœurs ! Bah ouais ! T’y penseras la prochaine fois que t’en feras un au barbeuc.
Tiens, Sylvie ? Mets moi un autre jaune steuplé. Merci.
Bon… alors, pourquoi t’es avec Sandrine toi ? Pourquoi l’homme n’est pas foutu de vivre tout seul ? Comme un poulpe, oui si tu veux. On a instauré ce dictât de la vie à deux, par faiblesse je pense, par peur de la mort peut être, ou bien par confort matériel, une sorte de syndrome IKEA, enfin un truc à la con c’est certain.
Regarde autour de nous, on n’a jamais été aussi individualistes, mais ça convient à personne, alors tout le monde se plaint ! Y a qu’à voir la gueule de Michel, une vraie réclame pour agence matrimoniale ! Et puis les pubs du métro, à la télé, que des machins de rencontre ! Mais personne t’as demandé de vivre a deux mon grand ! Bah ouais ! Occupe toi de toi déjà !
Hein ? Bah… aucun, je sais pas pourquoi je te raconte ça… qui ? Ah oui Bon Iver. Heu…non pas de rapport. Aucun rapport… je te disais comme ca.
Voilà voilà, bon… bien sur ce, je vais y aller moi, faut pas que je rentre trop tard, je suis attendu.


Sur le Web







Rejoignez la conversation