// Vous lisez...

On stage

Les Choristes (Grizzly Bear live à l’Olympia)

Samedi soir, calé plein axe à 10 mètres de la scène, j’attends. 20h45. En grande forme, content, je suis prêt. D’après mon voisin de droite la première partie était pas terrible, un mec qui jouait n’importe quoi, le faisait trop fort et répondait au nom de Kirin Callinan. Une première partie pourrie, rien de bien nouveau. Je sirote ma bière en me délectant d’une super musique de changement de plateau, pas de réseau, pas de news de mes potes dans la salle, je suis en retard, bon, j’attends. En général quand tu vas voir un groupe à l’Olympia, c’est que t’as raté leur vrai concert 6 mois avant et 15 euros moins cher, donc t’es potentiellement un nase, merde. Dans la fosse j’ai l’impression que les places sont numérotées… Le profil type de l’olympieur c’est le mec qui a payé 40 euros sa place et qui compte bien mourir plutôt que de te laisser te faufiler dans la foule pour te rapprocher de la scène, il est venu avec des fringues pour 7 jours 3 manteaux et 4 sacs à dos qu’il pose devant lui ou entre ses jambes, sorte de piège à loup pour les mecs qui veulent passer à ses côtés (bières à la main), privatisation de l’espace collectif, le confort maternel avant tout, s’il pouvait venir avec son canap’ il le ferait, il s’est pointé à 19h30 et non 20h comme indiqué sur le billet, il est fan du groupe qu’il s’approprie complètement puisque c’est son coup de coeur 2012/2013, le concert ne peut être que génial, c’est l’olympia (vu à la tv), il a des boules kies, on est samedi soir, et il a payé assez cher l’heure qui va suivre, c’est sur, c’est déjà une expérience géniale.

JPEG - 7.6 koGrizzly Bear arrive, petite pointe d’excitation. L’intro est calme, je suis content de voir ces gueules en vrai, le clip de Two Weeks était trippant. Il a vraiment une bonne tête Chris le bassiste, il me fait penser au bassiste d’interpol, bonne présence, bien blond, une sacrée dégaine, un côté Nazi sympa :

Mais c’est marrant parce que maintenant que je le vois (mal) sur scène, Ed le chanteur lui me fait penser à Adrien Brody en plus gros, les deux à coté, ptain ils auraient fait un super casting pour Le Pianiste 2.

JPEG - 48.9 ko

(photo extraite du film Le Pianiste, avec Adrien Brody et un blond)

JPEG - 71.2 ko
(photo extraite du film Le Pianiste 2 : La revanche de Szpilman, avec Chris et Ed)

Bon merde j’ai perdu le fil, ca doit être la 3ème chanson j’arrive pas à rentrer dans ce concert, c’est un peu mou mais… mais c’est moi ou… le son est à chier ? MAIS OUI. Bon allez concentre toi, fais abstraction, 35 euros 35 euros olympia olympia groupe américain, c’est dur, allez, Speak In Rounds, génial j’adore cette chanson, le son est nase mais la prochaine ca sera mieux allez brooklyn new york pitchfork pitchfork…

Y a 100 fois trop de réverbe, les voix sont fortes, le mix est vraiment foiré, le batteur joue sur des casseroles, la gratte lointaine de l’album est ici agressive et complètement floue, y a de l’écho partout, des choeurs en cascade perdus dans le délai ambiant, les aigus sont à bloc, on se croirait à 800 mètres de la scène à Rock en seine, mal au crâne, C’EST QUOI CE SON ?!

Les chansons passent, le résultat est un brouillard, poétique ca collerait bien au groupe, mais ici c’est un brouhaha, on capte pas grand chose. Je reconnais les morceaux mais je ressens aucun plaisir, j’entends Yet Again, je vois défiler les perles de leurs derniers albums, le son execrable me fait rester très loin de toute émotion, je devine les passages, je les joue surtout dans ma tête en fait, plaisir égoïste en concert… Je vois les gens au taquet autour de moi, bah oui c’est ta sortie culturelle de l’année, tu veux pas ne pas kiffer, tu gigotes, tu fermes les yeux et toi aussi tu joues le CD dans ta tête. Super. Bon j’en peux plus, Two Weeks me dégoute, je vais pisser (et manque de tomber 2 fois le pied pris dans divers pièges et autres obstacles secrets).

Beat in my hand, le rythme dans la main, je demande au mec d’a coté si il trouve pas que le son est particulièrement mauvais ?

- Non… Ah non franchement c’est cool, c’est mon pote de chez Radical qui les fait tourner et c’est l’olympia ! Je suis à une poignée de main du groupe je suis un intime alors c’est forcément génial ducon l’anonyme. C’est beaucoup mieux que le bataclan… Et puis c’est le son Warp, avec beaucoup de réverbe, t’es ou ? ouais non va en haut tu verras c’est super.

Bon passons, y a marqué « 0,00 euros » sur le billet qu’il me file pour aller en haut profiter d’un meilleur son.
Perdu, le constat est le même, je suis désolé, c’est une cata, ca me saoule, je suis devenu aigri ? Je suis obligé de trouver ça nase pour jouer la carte du hipster qui comprend mieux l’art que les autres ? Je me force, allez allez c’est grizzly bear allez allez on est à l’olympia vends toi du rêve kiff ta life un peu merde… Non rien y fait. Et puis les mecs commencent à m’enerver, le bassiste de la Wehrmacht a 2 basses, un saxo, une clarinette, une flute traversière, un pedalboard de la taille d’une 106 kid, tu fais de la pop bordel ! Le gratteux change de guitare toutes les 30 secondes, j’en compte 3, il ne voit pas que ca change quedal au son que nous on entend en façade, un son dégueulasse peu importe la gratte, il passe son temps à se brancher et se débrancher. Le batteur, génial, rajoute un torchon sur son tom basse en pleine chanson pour un passage, puis l’enlève… Plus perfectionnistes c’est impossible. Ca me rend encore plus aigri, comment peuvent ils attacher autant d’importance au son et nous offrir en spectacle un rendu aussi bordélique ? Et puis sans aucune performance, pas d’interpretation, c’est du copié collé, c’est chiant… en haut je me rends compte que les mecs jouent à 2 mètres du bord de la scène, comme pour marquer encore plus la distance sonore avec le public, on les voit, mais on les entend pas, ils ont l’air satisfait là bas dans leur studio perso avec leurs amplis, tranquilles… En façade je m’ennuie, et je commence à avoir mal aux oreilles. Cerise sur le gateau du perfectionnisme allemand, y a un 5ème mec au fond de la scène, avec 5 claviers (cinq claviers…), qui fait tous les arrangements, mais vraiment tous, cordes, orgue, piano, trompette (oui, le bassiste a du paumer la sienne), samples, etc… c’est un truc de fou !
Grizzly Bear reproduit à l’identique leur production CD dans un entonnoir sonore cassé.
Je pars déçu, frustré, mais soulagé, ca devenait long. Je retrouve peu à peu mes amis sur le trottoir d’en face, « c’était génial, merveilleux, lunaire », des yeux brillants, et des clopes post sexe. Bon… je suis passé à coté. Le jean sur les chevilles.
Dans tout ça une pote de pote s’offusquera elle aussi du son, ouf, je suis pas le seul gros con.


Sur le Web







Rejoignez la conversation