// Vous lisez...

On stage

Sur la route de François Floret

Sous la pluie du Trabendo, de goutte en goutte me voilà discutant avec l’organisateur d’un festival auquel je me rends chaque année depuis 2006 ou presque. François Floret, anonyme, passionné, comme nous tous, sauf que lui est directeur et programmateur du seul festival indie de l’hexagone.
La Route du Rock c’est un village de puristes proche de Saint Malo, une sorte de petite fête de fin d’année de l’Amicale des Sympathisants de l’Indie en France métropolitaine.
Je tiens mon téléphone de la main droite et demande à F.F de me raconter la journée parfaite sur le festival :

"Hélio tropisme.
Se réveiller sous le soleil, sans sans avoir trop abusé de la veille mais un peu quand même.
Glisser tranquillement jusqu’à la Plage bon secours oùIl y a une super piscine naturelle.
Baignade, vue imprenable sur Dinard et le tombeau de Chateaubriand, on peut aller le saluer puis revenir à la plage pour écouter les DJs qui jouent de la down tempo, c’est gratuit.
Se promener, profiter des vacances, faire un peu les touristes, c’est un grand week-end bord de mer.
En fin d’après midi, prendre les navettes et aller au fort Saint Père, où on attaque assez fort sur la 2ème scène toujours sous le soleil bien sur.
Avec cette atmosphère de tranquillité, un public d’amateur qui n’est pas là pour se bouriner, pour s’amuser évidemment mais surtout pour apprécier ensemble des artistes qu’ils aiment.
Frémir en attendant Portishead, tout le monde va se coller à la scène, ca va être magique, il fera beau sous les étoiles, Beth Gibbons sera au top de sa forme, si on peut dire car elle est parfois ténébreuse.
En fin de soirée Moderat et Liars pour tout déchirer, se lâcher, danser, boire des coups et avoir mal à la tête le lendemain, c’est important le mal de tête.
Se réveiller au camping.
Ça fois 3."

- 

Punch lines en vracs du Directeur de la Route du Rock :

- La pire année c’était 2012, on s’est vautrés complètement avec 13000 spectacteurs
- Le dernier album de The National me plaît un peu moins, ils rentrent dans un circuit qui me fait peur, faudrait pas qu’ils se "coldplay-isent", y a un risque...
- Liars c’est le groupe qui me ressemble le plus, je serais Musique je serais Liars. Ca tape dans le punk, dans l’électro, dans l’expérimental.
- Vampire Weekend c’était quasiment fait, ils devaient jouer aussi à Rock en seine puis ils ont changé d’avis sur leur tournée, Personne ne comprend rien.
- Je rêverais de Radiohead à la Route du Rock. C’est pas The Soft Moon en cachet, tu rajoutes quelques zéros.
- Après il y en a un qui me fait craquer c’est Hamilton Leithauser, je le trouve phénoménal, je suis déjà hyper fan de son groupe The Walkmen à la base. Là ce qu’il fait en solo c’est extraordinaire, il a la classe.
- On est un festival exigeant
- En 2005 pour The Cure, il y a eu 2 gouttes d’eau en tout début de concert, c’était retransmis en direct sur Arte, et le présentateur qui dit "mais que serait la Route du Rock sans la pluie ?"... Le mec je l’aurais giflé, depuis je lui parle plus, je le croise de temps en temps.
- On a fait venir Radiohead en 1993 à Rennes, à la discothèque l’Espace devant 100 personnes.
- Je signe pour faire 10.000 personnes tous les soirs, sur toutes les Route du Rock. J’ai pas envie de plus, y aura jamais 3 scènes, c’est ce qui plait au public, ce coté humain, et puis il faudrait changer de lieu, l’identité c’est le Fort Saint Père. On a pas envie d’évoluer, on restera indie dans l’esprit, jusqu’à ce que mort s’en suive comme dirait Bernard Lenoir.

Si la Route du Rock était un tableau ?

Sonic Youth sur scène, c’est ce qui nous caractérise le plus, un côté déjanté, bien rock and roll, expérimental, bruitiste.
Un ciel assez clair ou on voit des nuages menaçants mais des étoiles derrière.
Un tableau tempête sur scène et menaçant dans le ciel.

En vidéo ca donne ca :

http://www.laroutedurock.com


Sur le Web







Rejoignez la conversation