// Vous lisez...

On stage

Primavera 2015 : Air Chronique

Primavera, depuis des années annoncé comme LE festival indie, la référence ultime du festoche. Tous les meilleurs groupes du moment sont là, tout ceux qui ont produit de belles choses ces 12 derniers mois, même des groupes cultes viennent y trainer leurs pieds, cette année par exemple : THE STROKES !
Sur le papier le festival parfait, au bord de l’eau, sous le soleil de Barcelone, du chill, de l’indie, des mini shorts en-veux-tu-en-voilà et nous, on y était pas.

Enfin j’y étais pas, mais on m’a envoyé des cartes postales.
Alors je rêve un peu, je revis le festival à travers la poésie de ces photos.
Photos vraiment bien faites d’ailleurs.
Merci Pauline.

Primavera 2015, on y était aussi, vite fait.
REPORTAGE PHOTO PRIMAVERA 2015

#1
JPEG - 4.8 Mo
Un parc, de l’herbe, des arbres, c’est le côté bois de Boulogne de Barcelone, allez Barcelogne, voilà.

#2
JPEG - 2.6 Mo
Là on attaque fort le reportage ! Gros groupe sur scène, on voit pas qui, mais gros gros groupe. Belle casquette sinon.

#3
JPEG - 1.4 Mo
Ah ouais... on voit toujours rien. Pauline la meuf qui part en festival en avion pour se mettre à 3 bornes de la scène

#4
JPEG - 2 Mo
Julian Casablancas en action, coupe mulette, style de merde, pas de doute Julian a pris le look espagnol. Ca c’était avec son groupe + The voidz, il parait que c’est à chier. J’imagine. Par contre il a fait un concert culte le lendemain avec The Strokes, et ca c’était fou. Le live est sur youtube. A noter qu’Albert Hammond jouait aussi solo pendant ce festival. Les mecs rentabilisent le tour bus.

#5
JPEG - 2 Mo
Il y avait du monde. Pauline est toujours aussi bien placée.

#6
JPEG - 3.5 Mo
Y avait du monde et de l’eau.

#7
JPEG - 1.9 Mo
Y avait aussi Mac DeMarco, comme à tous les festoches d’ailleurs.
J’en ai appris une bien bonne. Mac on l’adore, c’est un pote, on prendrait des bières avec lui le vendredi soir, il fait de la pop vraiment bien sentie, fraiche, hors du moule, mention spéciale a son premier album Rock’n Roll et tout et tout...
Mac est trop cool en live.
Tshirt sale, plein de blagues de ses potes entre les chansons, un set propre, "1,2,3,4" avant chaque chanson, enchaînement de tubes, un slam et... sa corde de guitare cassée, la reprise de Coldplay par le bassiste au chant. Systématiquement.
Et oui Mac fait apparemment toujours le même show avec les tricks habituels. Route du Rock 2014, Rock en seine 2014 et Primavera 2015 = on a eu le droit systématiquement à la reprise de Coldplay, Yellow, faussement improvisée donc. C’est le package "Festival mac". C’était l’info du jour.
On apprend des choses avec ce reportage photo faut pas croire.

#8
JPEG - 118.1 ko
Ca c’est des pigeons dans l’eau à Paris, rien à voir avec Primavera.

#9
JPEG - 712 ko
- "C’est qui ça Pauline ?
- Les Black Keys... je crois.
- OK. C’était bien ?
- J’ai pas aimé."

SLOW-SHOW.COM du reportage photo révolutionnaire. Revivez le festival de l’intérieur, comme si vous étiez.

#10
JPEG - 2.6 Mo
Ça c’était la mer de Barcelone, à coté du Primavera en 2015. Faut toujours finir sur la mer, c’est par là qu’on a commencé.
Poésie.

#
Et merci à Pauline pour ces belles photos !

PNG - 111.2 ko
Ah oui j’oubliais, et ça c’était la programmation complète de la cuvée 2015.
Attention, pour lire la phrase suivante, prendre l’accent d’une parisienne overbookée en agence de comm’ événementielle, sensible à la fashion week et à sa haute queue de cheval. :
"L’affiche ? Nan mais han, comment dire, st’année tu vois, on a vraiment voulu repartir from scratch. Tous les groupes sont au même niveau, y en a pas un plus haut qu’un autre. Avec Anaïs on a vraiment voulu voir le truc out of box quoi, donner un grand coup de pied dans l’eau. Patti Smith est pas plus importante que Marc Piñol tu vois ? C’est un message hy-per fort ! L’institution Primavera est plus importante que les artistes qui viennent, de passage quoi. Nan mais tu vois ce que je veux dire ? Perso j’adore, ca donne un côté super punchy tu vois et en même temps hyper fou. Donatien a adoré."
<3


Sur le Web







Rejoignez la conversation